RÉTROSPECTIVE DES CONTEMPORARY MYTHOLOGY A VERDUN

panoramique minautore installation et public 1
La création (adaptation) Contemporary Mythology, saison 3, est le fruit d’une commande de la ville de Verdun présentée à l’occasion de l’inauguration du Grand Festival, qui a eu lieu les 15, 16 et 17 juillet 2016. Répondant au souhait de valorisation de son patrimoine auprès du grand public, avec la thématique générale de la mémoire (passée et vivante), l’association a proposé à la ville de Verdun une création pluridisciplinaire convoquant chorégraphie, art vidéo et musique au sein d’une scénographie numérique spécialement conçue pour le théâtre à l’italienne de la ville. Le développement technologique et numérique permettait de prolonger et d’augmenter la thématique de l’œuvre par les possibilités qu’il offre de ressusciter des créatures et des récits ancrés dans notre inconscient collectif. Un coup de cœur pour l’association, qui a eu le privilège d’investir et s’approprier ce magnifique théâtre, empli d’histoire et de sens. L’œuvre immersive 3D, proposait au public un périple mythologique d’un genre nouveau favorisant ainsi une réflexion sur la mémoire humaine : ses moments, ses lieux et ses personnages. Ici, les personnages sont nombreux et proviennent d’histoires, de temps et de lieux variés librement reconstitués et adaptés par Maxime Gralet : le Minotaure, La Vénus, Le Cyclope, Prométhée, Le Colosse, Callisto, Narcisse, La Muse, Melpomène, La trinité, Icare, Elektra, Les trois vieillards de la mer, Achille, Cassandre, Athéna, Le fleuve Styx, Adam et Eve, Le clonage, Les Populations, Le Labyrinthe de dédale, Les furies… 10/24 Pour réussir son propos, l’installation a nécessité une modélisation architecturale fine du bâtiment jouant de ses possibilités scénographiques pour recréer un contexte mythologique. Les personnages mis en scène dans ce contexte, ont été conçus en vidéo 3D au moyen d’une chorégraphie spécifique tenant compte de contraintes techniques précises que seule la vision globale permettait d’appréhender. Les danseurs incarnant les personnages de l’œuvre ont été dirigés en fonction d’une partition très originale : plan à l’échelle, déplacement définis dans l’espace, orientations des gestes et des regards, intuition de la réaction du public… Chaque chorégraphie a fait l’objet d’une incrustation numérique issue de captations sur fond vert. La mise à disposition d’un des espaces de la médiathèque Méjanes par la ville d’Aix-En-Provence, a permis à l’association de mettre en place ses fonds verts et de réaliser une captation en 3D. La séance de tournage, ouverte au public, a permis de découvrir les grands thèmes mythologiques chorégraphiés pour la création : le Minotaure, la Vénus, le Cyclope, la muse Melpomène et bien d’autres encore. Le tournage fut l’occasion de rencontrer et découvrir le travail de Maxime Gralet, mais aussi celui des danseurs, afin de partager le processus de création chorégraphique et numérique. Au final, ce travail d’écriture a permis la transformation des danseurs en créatures mythologiques et la transformation du théâtre en réceptacle d’un récit mythologique contemporain.